BAN

C’est d’abord le sujet sensible et peu abordé en littérature qui m’a attiré à lire ce premier roman de Laviolette (il s’agit d’un pseudonyme, il est donc difficile de trouver de l’information au sujet de cette autrice). Au début de la lecture, le style de narration m’a un peu déboussolé – on est dans une écriture jouale contemporaine, si je peux le décrire ainsi. On rencontre aussi un mélange de genres; il s’agit bien d’un roman, mais où la poésie s’invite par moment, l’autrice nous amène dans toute sorte de direction.

Elizabeth, le personnage central de ce récit, doit vivre avec une maladie neurodégénérative, le BAN. Cette mère de famille sait bien qu’éventuellement, son corps deviendra une prison et qu’un jour, même son cerveau lui fera faux bond. Elle doit apprivoiser l’idée de cette mort lente et surtout, elle souhaite en prendre le contrôle. Le sujet est lourd, mais abordé avec une touche d’humour. J’ai aussi trouvé le personnage vrai, autant dans ses réactions que ses contradictions.
La lecture de ce roman audacieux ne m’a pas laissé indifférente, ça, c’est certain. L’histoire m’a habitée un moment après l’avoir terminé.

Marie-moi, Peter Pan, Laviolette, XYZ

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s