Roadtrip au pays de l’hiver

J’avais très hâte de plonger dans ce nouveau roman d’Andrée-Anne Brunet. Son premier (Ne pas toucher s’il vous plaît) m’avait beaucoup plus, et j’aime beaucoup voyager à travers les livres. C’est donc à bord d’un campingvan qu’on visite les paysages hivernaux de l’Islande en compagnie de Malorie vient de perdre son frère de façon tragique, alors qu’il s’est endormi au volant sa voiture.

Encore engourdie par la peine, la jeune femme trouve un carnet en vidant les affaires de son frère dans son appartement. Dans ce cahier, il a noté les détails d’un voyage marquant qu’il a fait en Islande. Carnet en main, elle se lance sur les traces de son frère, en reproduisant le même voyage que lui. Les paysages de l’Islande, son aride hiver, ses routes sinueuses, Malorie apprivoise ce pays tout en tentant d’apprivoiser une bête plus grande encore : le deuil. Dans ce roman, le personnage principal s’adresse directement à son frère lors de cette épopée en solo. On a droit une histoire émouvante, parfois drôle et douce, qui nous rappelle que la vie n’est pas toujours rose bonbon, mais qu’elle vaut quand même la peine d’être savourée.

Embrasser le chaos, Andréanne-Brunet (Libre Expression)

Les privilèges d’Adam et Marion

J’ai plongé dans ce roman avec de grandes attentes, je l’avoue. Fanny Britt est une autrice de renom qui maitrise la langue, qui nous glisse doucement dans la psychologie des personnages. On les suit, on veut savoir ce qu’il va leur arriver, on s’attache, on tente de comprendre leur désarroi même s’ils ont tout pour être heureux. Et cette lecture nous amène certainement à réfléchir sur nos propres vies privilégiées.

Dans cet opus, on rencontre d’abord Adam, personnalité publique qui a percé grâce à ses talents de chef cuisinier. Lors d’un voyage au bord de la mer, il a un accident de surf, où il passe près de la mort et au passage, broie le genou d’une jeune fille, prénommé Celia. Cet événement le changera sa perception de la vie, qu’il porte lourdement jusqu’à cette érablière qu’il vient d’acquérir. Pendant ce temps, Marion, sa conjointe à l’aube de ses 40 ans, vit également de grands bouleversements intérieurs.   

J’ai beaucoup aimé ce roman, mais je dois dire que je suis restée sur ma faim lorsque je l’ai terminé. J’aurais envie d’en savoir plus sur la personnalité de Celia, qui à première vue semble complexe, mais aussi sur ce que réserve l’avenir d’Adam et Marion.

Faire les sucres, Fanny Britt (Cheval d’août)