Rite de passage

Voici une courte histoire qui se lit en une soirée, et qui fait découvrir Patrick Senécal sous un autre angle. J’ai lu plusieurs romans de cet auteur, qui maîtrise sans conteste le suspense, l’épouvante et l’humour noir. Ce texte, qui a paru d’abord en 2014 dans le collectif Des nouvelles du père et réédité récemment par Québec Amérique, nous permet d’entrer dans l’univers personnel de l’auteur et de la relation avec son fils.

Alors que la famille Senécal s’apprête à vivre un déménagement (de Saint-Hilaire à Montréal), son garçon Nathan n’accepte pas ce changement. Afin de faciliter la transition, Patrick Senécal lui offre de parcourir la distance entre les deux maisons, pour faire un genre de rite de passage. On accompagne donc les deux protagonistes à travers ce trajet de 38 kilomètres. Cette courte histoire est touchante, et nous donne le goût de réaliser cette expérience à notre tour. Le seul reproche que j’ai à faire à ce récit : il se lit beaucoup trop vite!

38 kilomètres, Patrick Senécal, Québec Amérique

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s