Douce Almanda

Récipiendaire du prix littéraire France-Québec, le roman Kukum a fait beaucoup parler de lui au cours des dernières semaines. Il était dans ma pile à lire depuis un moment, et j’ai profité du froid de janvier pour me plonger dans ce récit de Michel Jean. Inspirée de la vie de l’arrière-grand-mère de l’auteur, on fait un voyage dans le temps pour découvrir la culture innue et son nomadisme. 

Almanda, la femme au centre de cette histoire, n’est pas Innu de sang, mais de cœur. Elle rencontre un Amérindien nommé Thomas dont elle tombe amoureuse, et quitte sa famille d’accueil où elle ne sait jamais vraiment sentie chez elle pour vivre la vie de nomade. Elle apprendra la culture de son mari, adoptera les coutumes de sa nation et deviendra une Innue d’adoption.

Les forces de ce roman sont de permettre au lecteur de plonger dans cet univers autochtone, de nous faire connaître leur culture, leur territoire, leurs blessures aussi. À travers les yeux d’Almanda et la plume agréable de Michel Jean, on saisit mieux les combats et la répression des peuples qui occupaient le territoire. Bien avant nous.

À lire, parce que le passé nous est raconté avec sensibilité.

Kukum, Michel Jean (Libre Expression)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s